CONSEIL EN MÉDIATION CULTURELLE

Audit personnalisé de projets auprès des collectivités territoriales

Caroline Sire a participé à de nombreuses aventures, car les arts du récit, le mouvement et la musique – ayant parfois la vertu de la légèreté, du point de vue des moyens techniques – permettent d’inventer différents écrins, des lieux de représentation inhabituels au coeur d’une ville, d’une usine, d’un musée, d’un bateau, d’une rue, d’un cabinet d’avocats, d’une caravane, d’une gare, des Ateliers Hermès, d’un crassier, d’un château, d’un train ou d’une forêt.

Une façon de tisser un lien original et ludique avec une population, lors d’un événement ponctuel, d’un collectage ou de la création d’un Festival en lien avec des thèmes privilégiés, sur un territoire donné.

Caroline Sire connait de l’intérieur les points techniques et concrets auxquels il faut veiller pour qu’un dispositif « fonctionne » de façon satisfaisante, tant du point de vue de l’organisateur que des artistes : qualité de la communication en amont, du montage, de l’accueil du public, des conditions d’écoute et de « performance ».

A l’heure de la déconcentration des crédits et des compétences, le personnel « adjoint à la culture » des collectivités territoriales se sent souvent démuni face au monde du spectacle vivant, il n’a pas forcément la compétence artistique nécessaire à la conception de tel ou tel événement.
« Je me mets à l’écoute des désirs et des volontés de mettre en valeur tel ou tel aspect propre au territoire, j’apporte des idées, j’aide à déterminer la faisabilité technique et pratique, je réfléchis à la communication, je mobilise des structures et des personnes périphériques au projet, je fais du lien entre tous les intervenants, je tiens compte des budgets alloués, etc...»

Une idée dominante cependant : que ce chemin buissonnier soit comme un amuse-bouche que l’on offre au public, permettant à la fois une plus grande visibilité de l’acte artistique et procurant des sensations inédites voire inoubliables. Mais à terme, l’intérêt serait que l’on puisse ramener ce même public vers des lieux culturels dédiés.

« Je me propose donc d’être une artiste référente, à l’interface entre l’organisateur, le public et les artistes »